Rechercher dans :


Le Rouge et Or freine la série de victoires des Carabins

L’équipe de football des Carabins de l’Université de Montréal a vu sa série de cinq victoires prendre fin avec une défaite de 22-19 subie aux mains du Rouge et Or de Laval samedi après-midi devant un stade du CEPSUM plein à craquer. Alors que la marque était égale à 19 partout, et ce avec moins de cinq minutes à faire au match, les Lavallois ont réussi le placement victorieux sur une distance de 24 verges et infligé une première défaite aux Bleus cette saison, le tout lors d’un duel enlevant.

Il faudra donc attendre au dernier match du calendrier régulier pour déterminer l’équipe qui terminera au premier rang du classement québécois, les deux matchs entre Montréal et Laval s’étant terminés par un écart de trois points. Si les deux formations terminent avec la même fiche, c’est maintenant l’équipe qui aura accordé le moins de points au cours de la saison régulière qui obtiendra l’avantage du terrain pour les séries.

« Malheureusement, nous n’avons pas été en mesure d’établir le jeu au sol, et ça nous a fait mal, car c’est toujours la clé pour nous contre le Rouge et Or, a mentionné l’entraîneur-chef des Carabins Danny Maciocia. Il y a quelques revirements qui nous ont fait mal aussi, mais je pense que ce sont des choses que l’on peut corriger. J’espère que ces situations-là ne vont pas se répéter. »

Le moment tournant de l’affrontement est survenu alors qu’il ne restait que 20 secondes au cadran. Sur un troisième et une verge à franchir près de la zone payante, la défensive du Rouge et Or a stoppé Samuel Caron (Génie civil, Polytechnique) lors d’une faufilade du quart et ainsi fermé les livres. Le quart-arrière montréalais semblait indécis quant au dénouement de ce jeu.

« Je ne sais pas si j’ai gagné le premier essai ou pas, car j’étais sous une pile de joueurs, mais c’est une décision des arbitres et nous ne pouvons que la respecter.»

Un début au ralenti

Le Rouge et Or a profité d’un début de rencontre chancelant des Carabins pour se forger une avance de 10 points au début du deuxième quart. Le quart-arrière Hugo Richard a d’abord trouvé la zone des buts au sol sur un troisième essai, puis Dominique Lévesque a réussi un placement de 15 verges.

Ce n’est qu’à la toute fin de la première demie que l’attaque montréalaise a appuyé sur l’accélérateur. Après avoir vu Félix Ménard-Brière (Architecture du paysage) rajouter quatre points au compteur grâce à un botté réussi de 36 verges et un simple, Caron a rejoint Louis-Mathieu Normandin (Administration, HEC Montréal) pour un majeur de 30 verges. Puis, suite à la rapide interception de Samuel Simard Drapeau (Gestion, HEC Montréal), Caron a connecté avec Régis Cibasu (Administration, HEC Montréal) sur un jeu de 34 verges qui menait les siens à la ligne de un. Le quart-arrière des Bleus a ensuite repéré la brèche dans le front défensif adverse pour marquer le deuxième touché des Carabins en moins de 40 secondes. Suite à cette explosion offensive, Montréal menait à la mi-temps par la marque de 18-10.

De solides défenses

Au retour des vestiaires, l’offensive du Rouge et Or a montré les dents en traversant le terrain d’un bout à l’autre. Cinq jeux et 80 verges plus loin, l’écart n’était plus que d’un seul maigre point, Jonathan Breton-Robert complétant l’effort sur une course de 11 verges. Dès lors, les deux défensives ont démontré tout leur talent, empêchant à leurs adversaires toute progression offensive dangereuse. Suite à une bataille du positionnement sur le terrain remportée par Laval à la toute fin du 3e quart, Ménard-Brière, pris au piège, a mis le genou au sol dans sa zone des buts et offert le touché de sûreté. Ce dernier a cependant créé l’égalité suite à un simple récolté sur un placement raté; avec moins de 10 minutes à faire au match, la marque était de 19 à 19.

Tranquillement, mais sûrement, Richard et son attaque ont avancé sur la surface gazonnée du CEPSUM et se faisaient menaçants. Alexandre Hardy (Médecine) a alors bien lu les intentions du quart adverse et commis l’interception profondément dans sa zone, le troisième revirement forcé par l’unité défensive des Carabins. Les Montréalais n’ont su profiter de l’occasion et ont redonné le ballon au Rouge et Or, et ce dans le dernier droit du match. Les Lavallois ont par la suite accumulé 73 verges, séquence qui s’est terminée par un placement de 24 verges réussi par Lévesque. Acculés au pied du mur, les Bleus ont déployé leur attaque avec efficacité, si bien qu’ils se sont retrouvés dans la zone rouge adverse. Sur un troisième essai et un, une faufilade du quart raté de très peu a malheureusement anéanti les chances de victoire des Carabins.

Dans la défaite, notons les performances de Caron (27 en 38, 304 verges, un touché), Cibasu (6 attrapés pour 112 verges) et Alex Cromer-Émond (Médecine) qui a terminé la rencontre avec 9,5 plaqués, un sac du quart et un échappé provoqué. Du côté des visiteurs, Hugo Richard a complété 20 de ses 35 passes pour des gains de 277 verges. Il a été intercepté à deux reprises.

La défensive des Bleus a encore une fois connu une grosse sortie, elle qui a causé toute sorte de difficultés au quart-arrière lavallois. Junior Luke (Toxicomanies: prévention et réadaptation) a récolté cinq plaqués et un sac du quart et demi lors d’une autre performance électrisante. Émile Charron-Ligez (Éducation physique et santé) a quant à lui accumulé quatre plaqués et un demi-sac et ne tarissait pas d’éloges envers ses coéquipiers à la défense.

« On a travaillé très fort, tout au long du match. Les entraîneurs ont établi un plan de match pour mettre beaucoup de pression sur le quart, et ça a fonctionné. » Les Carabins ont complété le match avec six sacs, contre trois pour Laval.

Les hommes en bleu-blanc-noir tenteront de rebondir rapidement dans un peu plus d’une semaine alors que le Vert et Or de Sherbrooke sera en ville dimanche prochain. Cette rencontre qui prendra place au CEPSUM sera présentée dès les coups de 12h.

Retour aux nouvelles

 

 



Ce site a été optimisé pour les fureteurs Microsoft Internet Explorer versions 6.0 et 7.0, Mozilla Firefox versions 1.5 et 2.0, et Safari versions 1.3 et 2.0